Nuage de mots clés

72H Chrono - Contraception d'urgence Une question ? Dico

Ca m'est arrivé

Ma copine veut pas qu'on mette de préservatif. Elle dit qu’on a moins de plaisir, mais moi je pense à ce qui peut arriver. Je préfère en mettre.

Un garçon de 15 ans

QUESTIONS DE CONTRACEPTIONS

Le préservatif masculin

  • Comment on fait pour demander des préservatifs ?
    • Si vous allez à la pharmacie : dites que vous avez une question personnelle à poser. Si vous avez une ordonnance de votre médecin, vous pouvez simplement présenter l'ordonnance.
    • Si vous êtes timide ou n'êtes pas à l'aise en pharmacie, vous pouvez les acheter en grande surface ou à un distributeur.
    • Enfin, vous pouvez les demander gratuitement:

    à l'infirmerie scolaire ou à l'université.

    dans un Centre de Dépistage des IST.

    dans un centre de planification.

    • N'hésitez pas à demander des explications sur le mode d'emploi.

    .

  • Existe t-il différentes tailles de préservatif ?

    Oui, il existe différentes tailles.

    Vous pouvez demander conseil en pharmacie ou dans un centre de planification.

    La taille standard pour un préservatif convient à la plupart des hommes.

  • Je n'ai jamais utilisé de préservatifs et j'angoisse un peu ; comment faire ?

    Familiarisez-vous avec son utilisation lors d'un essai en solitaire ou découvrez la notice avec votre partenaire.
    Vous pouvez demander conseil à votre entourage (amis, frères, sœurs ayant de l'expérience) ou au centre de planification.

  • ...
Consulter la catégorie : Le préservatif masculin

Le préservatif féminin

  • Le préservatif féminin : En pratique

    Vous ne devez jamais utiliser les préservatifs masculin et féminin en même temps.
    Ils risquent de ne pas rester en place ou de se rompre.
    Quel avantage à utiliser le préservatif féminin :

    • Il peut être placé bien avant le rapport.
    • Le partenaire n'a pas besoin de se retirer immédiatement après l'éjaculation.
    • Ce dispositif ne comprime pas le sexe du garçon.
  • Le préservatif féminin : Mode d’emploi

    Dispositif en polyuréthane aussi efficace pour la contraception que pour la protection des infections sexuellement transmises et du sida.
    Il peut être installé bien avant le rapport sexuel et n'a pas besoin d'être retiré immédiatement après.

    • Avant de mettre le préservatif, vous devez choisir une position confortable : debout avec une jambe sur une chaise, assise ou couchée.
    • Après avoir déchiré l'emballage à la main et extrait le préservatif vous devez presser l'anneau interne du préservatif qui est le plus petit des anneaux, qui servira à l'introduire.
    • Introduisez soigneusement l'anneau interne dans le vagin en veillant bien à ce que le préservatif ne soit pas tordu.
    • Afin de le pousser aussi loin que possible, mettez votre index à l'intérieur du préservatif.
    • L'anneau externe doit rester en dehors du vagin et bien recouvrir la région des lèvres.
    • Au moment du rapport sexuel, vous devez bien guider avec votre main le pénis de votre partenaire à l'intérieur du préservatif. Vérifier qu'il n'entre pas à côté du préservatif.
    • Pour retirer le préservatif, tordez l'anneau externe et tirez le doucement de façon à fermer complètement l'ouverture du préservatif et empêcher le sperme de s'écouler. Remettez le ensuite dans son emballage et jetez le tout à la poubelle.
  • Le préservatif féminin fait-il du bruit ?

    Oui en effet, il peut y avoir un petit bruit de froissement dû au polyuréthane.

  • ...
Consulter la catégorie : Le préservatif féminin

La pilule

  • A quoi sert un Centre de Planification et d’Education Familiale ?

    Attention, en Savoie, il n'y a pas de "Planning Familial" mais des Centres de Planification.

    Dans les centres de planification, on trouve des professionnels : Médecin, Assistante d'Accueil, Conseillère Conjugale et Sage-femme.

    Qui proposent :

    • Des informations et consultations médicales pour une contraception (pilule, préservatifs...), une contraception d'urgence ( pilule du lendemain).
    • Des informations sur la sexualité
    • Des tests
      • de grossesse (si les règles sont en retard ou anormales).
      • pour le VIH/SIDA et les Infections Sexuellement Transmises.
    • Des entretiens
      • en cas de difficulté de relation avec l'ami(e), ou les parents.
      • de réflexion en cas de grossesse.

    Les consultations sont gratuites et confidentielles. Il n'est pas nécessaire d'avoir l'autorisation des parents.

    Les contraceptifs sont gratuits pour les mineurs et les jeunes en difficulté financière.
    Les entretiens, la contraception d'urgence, les tests de grossesse,  les tests pour les IST, le VIH/SIDA sont gratuits pour tous.

    A Chambéry : le centre est ouvert du lundi matin au jeudi soir

    Mais dans les autres villes, ce sont des antennes de Planification qui sont ouvertes seulement pendant les heures de cours, mais,
    à Aix les Bains, Albertville , Bourg St Maurice et Moûtiers il est possible de consulter entre 12 et 14H.
    Essayez d'en parler à l'infirmière scolaire, au CPE, à un surveillant ou à l'Assistante sociale du collège pour avoir une autorisation de sortie.

    Le Centre de Planification peut établir un justificatif pour le collège ou le lycée
    Essayez d'y aller pendant les vacances.


    En cas de soucis, téléphonez .

    Si personne ne vous répond au téléphone dans une antenne, appelez le Centre de Planification de Chambéry, vous pouvez aussi laisser un message.

  • Sans pilule ou avant de prendre la pilule, j’avais des règles longues, douloureuses et des cycles irréguliers, est-ce que cela va changer ?

    Sous pilule "combinée", les cycles sont de 28 jours très réguliers et les règles moins longues, moins abondantes et moins douloureuses.

  • Si on prend la pilule, est-on obligé de garder les préservatifs ?
    • non si les partenaires étaient vierges avant de se rencontrer.
    • oui si l'un ou les deux avait déjà eu des relations sexuelles auparavant. Dans ce cas, on attendra d'avoir fait le test de dépistage du VIH/SIDA et des IST avant de supprimer le préservatif.

     

  • ...
Consulter la catégorie : La pilule

Le patch contraceptif

  • A quel rythme change-t-on les patchs contraceptifs ?
    • la première fois, on colle le premier patch le premier jour des règles. Chaque patch dure 7 jours.
    • On colle 1 patch par semaine pendant 3 semaines, puis la 4ème semaine, on ne colle pas de patch et les règles arrivent. Il y a donc 3 patchs pour un cycle de 28 jours.
    • Le 28ème jour, on colle le 1er patch du cycle suivant même si les règles ne sont pas terminées.
    • On colle toujours le patch le même jour de la semaine.
    • Mettre un rappel une fois par semaine (toujours le même jour) sur son téléphone portable pour ne pas oublier

    Rappel, on commence toujours les patch le même jour. Par exemple, si on met le premier patch un jeudi, on mettra le deuxième et le troisième un jeudi, on fera un arrêt jusqu'au mercredi et on recommencera un cycle avec 3 nouveaux patch un jeudi... Et ainsi de suite.

     

  • Quels sont les avantages du patch contraceptif ?
    • Mise en place facile,
    • Moins de risque d'oubli qu'avec la pilule,
    • Les cycles sont très réguliers,
    • Il diminue l'abondance des règles, leur durée; les règles sont moins douloureuses.
    • Pour une jeune fille qui vomit facilement, l'efficacité contraceptive reste assurée (au contraire de la pilule).
    • Si on ne veut pas avoir ses règles, on n'observe pas de pause et on colle un nouveau patch dès qu'on a décollé le 3ème patch.
  • Est-ce que je peux prendre une douche avec un patch contraceptif ?

    Oui, la douche, le bain, la piscine et les bains de mer sont possibles.

  • ...
Consulter la catégorie : Le patch contraceptif

L'anneau vaginal contraceptif

Consulter la catégorie : L'anneau vaginal contraceptif

L'implant contraceptif

Consulter la catégorie : L'implant contraceptif

Le stérilet au cuivre

Consulter la catégorie : Le stérilet au cuivre

Contraception d'urgence

  • Si on est porteur d’une maladie, est-ce risqué de prendre la contraception d’urgence ?

    1- La pilule d'urgence

    • Norlévo et Ellaone

    Non, il n'y a  aucun risque à la prendre, même si on la prend plusieurs fois.

    Mais, si la jeune fille a un traitement pour une épilepsie ou la tuberculose,  la contraception d'urgence risque de ne pas être efficace, de même qu'une pilule « normale »: dans ce cas, protégez bien tous les rapports sexuels avec un préservatif et rencontrez un médecin rapidement pour mettre en place une contraception sûre.

     

    2-  Le DIU ou stérilet d'urgence

    Ne présente pas de risque mais nécessite une consultation médicale.

  • La contraception d’urgence : à quoi ça sert ?

    Il y a 2 sortes de contraception d'urgence

    1/ La pilule d'urgence

    Appelée aussi "pilule du lendemain"ou du "surlendemain" elle évite une grossesse non désirée après une relation sexuelle non ou mal protégée quelque soit le moment du cycle.

    2/ le DIU du lendemain

    C'est un stérilet au cuivre qui évite une grossesse s'il est placé dansl'utérus par le médecin dans les 5 jours après un rapport mal protégé.

    Une contraception d'urgence est nécessaire en cas de:

    • rapport sexuel sans préservatif
    • préservatif déchiré
    • préservatif resté dans le vagin ou retrouvé dans le lit.
    • rapport avec retrait : début de pénétration puis retrait du pénis avant l'éjaculation
    • oubli de pilule (ou patch, ou anneau) et un rapport sexuel non protégé dans les 5 jours précedents.
  • Peut-on prendre la contraception d’urgence plusieurs fois ?

    Oui, c'est sans risque pour la santé, mais vous aurez des saignements irréguliers et
    vous courrez le risque d'être enceinte sans le savoir.
    Au moindre doute, faites un test de grossesse 18 jours après la prise de la contraception d'urgence soit en pharmacie ou en supermarché (2 à 10€) soit au centre de planification (gratuit).
    Plutôt que de prendre une contraception d'urgence plusieurs fois, il vaut mieux utiliser une contraception sûre, régulière et bien supportée (pilule, patch, implant...).

    Pour cela, contactez gratuitement le centre de planification le plus proche qui vous informera sur les différentes méthodes, vous pouvez aussi en parler à votre infirmière scolaire ou universitaire ou à votre médecin.

  • ...
Consulter la catégorie : Contraception d'urgence

Test de grossesse

  • Votre test de grossesse est positif : vous êtes enceinte, vous désirez cette grossesse

    Parlez en avec vos parents, ou votre médecin, ou le centre de planification le plus proche qui vous guideront et vous accompagneront dans vos démarches.

    Si vous êtes jeune ou en difficulté, une sage-femme de PMI peut vous aider. Il en existe une par secteur ; demandez ses coordonnées au centre de planification.

    Quelque soit votre âge ( même si vous êtes mineure), nul ne peut vous obliger à faire une interruption de grossesse.

  • J’ai pris la pilule d’urgence et mes règles n’arrivent pas

    Ce peut être un simple retard de règles mais cela peut aussi être le signe d'une grossesse : en effet, la contraception d'urgence ou « pilule du lendemain » n'est pas efficace à 100%.
    Dans ce cas, faites un test de grossesse 18 jours après la prise de la contraception d'urgence.
    Pensez à un dépistage des infections sexuellement transmises si nécessaire.

  • J’ai un retard de règles : comment savoir si je suis enceinte ?

    Si vous avez eu un ou des rapports sexuels non protégés et que vos règles sont en retard, il faut vérifier si vous êtes enceinte.

    Il suffit de faire un test de grossesse urinaire.
    si on est enceinte, il y aura : soit 2 barres soit un + soit le mot « enceinte ».

    On peut l'acheter en pharmacie ou au supermarché : 2 à 5 € environ
    ou le faire gratuitement au centre de planification ou auprès de l'infirmière scolaire ou universitaire.

    Attention, pour qu'il soit fiable, le test urinaire doit être fait au moins 18 jours après le dernier rapport non ou mal protégé.
    Pensez à un dépistage des infections sexuellement transmises si nécessaire.

  • ...
Consulter la catégorie : Test de grossesse

Interruption Volontaire de Grossesse

  • Et après l’IVG ?

    Une consultation gynécologique de contrôle est nécessaire 15 jours après l'avortement pour voir si tout va bien et parler de contraception.

    Un entretien avec une conseillère conjugale ou une assistante sociale est possible pour discuter de son vécu.

  • Que faire si je suis enceinte et que je ne veux pas garder la grossesse ?

    Contacter rapidement un centre de Planification afin de rencontrer quelqu'un pour s'informer ou parler de sa décision, ou contacter directement le service d'orthogénie ou le service maternité de l'hôpital le plus proche, ou le médecin traitant.
    Il existe un service d'orthogénie au centre hospitalier de Chambéry. Tel 04 79 96 50 83.

    Contacter le service Maternité des hôpitaux suivants en précisant que vous souhaitez une interruption volontaire de grossesse :

    • Au centre hospitalier d'Aix les bains. Tel 04 79 88 61 13
    • Au centre hospitalier d'Albertville. Tel 04 79 89 55 46
    • Au centre hospitalier de Bourg Saint Maurice. Tel 04 79 41 79 28
    • Au centre hospitalier de St Jean de Maurienne. Tel 04 79 20 60 75
  • Comment se passe un avortement ? (IVG = Interruption Volontaire de Grossesse)

    Deux méthodes sont proposées selon l'âge de la grossesse et selon le choix de chaque jeune fille.

    • la méthode médicamenteuse.
      • Jusqu'à 7 semaines d'absences de règles. Le médicament peut être donné par certains médecins formés à cette méthode et qui assureront le suivi. Il sera pris au cabinet médical sans hospitalisation. Pour connaître les coordonnées de ces médecins : téléphoner au service d'orthogénie de Chambéry 04 79 96 50 83
      • Jusqu'à 9 semaines d'absence de règles. Dans tous les services d'orthogénie des Centres Hospitaliers ou les maternités.
    • la méthode par aspiration.
      Possible jusqu'à 14 semaines d'absence de règles sous anesthésie locale ou générale dans un centre hospitalier.
  • ...
Consulter la catégorie : Interruption Volontaire de Grossesse

Situations à risque

  • A quoi sert un Centre de Planification et d’Education Familiale ?

    Attention, en Savoie, il n'y a pas de "Planning Familial" mais des Centres de Planification.

    Dans les centres de planification, on trouve des professionnels : Médecin, Assistante d'Accueil, Conseillère Conjugale et Sage-femme.

    Qui proposent :

    • Des informations et consultations médicales pour une contraception (pilule, préservatifs...), une contraception d'urgence ( pilule du lendemain).
    • Des informations sur la sexualité
    • Des tests
      • de grossesse (si les règles sont en retard ou anormales).
      • pour le VIH/SIDA et les Infections Sexuellement Transmises.
    • Des entretiens
      • en cas de difficulté de relation avec l'ami(e), ou les parents.
      • de réflexion en cas de grossesse.

    Les consultations sont gratuites et confidentielles. Il n'est pas nécessaire d'avoir l'autorisation des parents.

    Les contraceptifs sont gratuits pour les mineurs et les jeunes en difficulté financière.
    Les entretiens, la contraception d'urgence, les tests de grossesse,  les tests pour les IST, le VIH/SIDA sont gratuits pour tous.

    A Chambéry : le centre est ouvert du lundi matin au jeudi soir

    Mais dans les autres villes, ce sont des antennes de Planification qui sont ouvertes seulement pendant les heures de cours, mais,
    à Aix les Bains, Albertville , Bourg St Maurice et Moûtiers il est possible de consulter entre 12 et 14H.
    Essayez d'en parler à l'infirmière scolaire, au CPE, à un surveillant ou à l'Assistante sociale du collège pour avoir une autorisation de sortie.

    Le Centre de Planification peut établir un justificatif pour le collège ou le lycée
    Essayez d'y aller pendant les vacances.


    En cas de soucis, téléphonez .

    Si personne ne vous répond au téléphone dans une antenne, appelez le Centre de Planification de Chambéry, vous pouvez aussi laisser un message.

  • Est-ce qu’il existe des situations à risques avec les drogues et l’alcool ?

    Effectivement il y a des situations à risques liées à ces substances.

    • Les agressions sexuelles sont facilitées par la drogue et l'alcool même quand on les consomme de manière volontaire.
    • La vulnérabilité : ces produits rendent plus vulnérable.
      Il y a une perte de contrôle, une somnolence, les muscles se relâchent. Dans ces conditions, il n'est pas possible de réagir et d'empêcher une agression sexuelle.
    • La perte de la mémoire : la plupart des drogues et même l'alcool peuvent entrainer une perte de la mémoire, et effacer ce qui s'est passé dans une soirée. Il est souvent difficile de se rappeler qu'une agression a été commise. Même si la mémoire n'a pas été totalement effacée, il est souvent très dur de se rappeler de tous les évènements qui ont eu lieu et de savoir s'il y avait consentement ou non.
    • La détection des drogues : les drogues facilitant les agressions sexuelles sont très souvent indétectables car elles disparaissent très vite de l'organisme. Il est important de déclarer une agression sexuelle le plus tôt possible à un médecin ou à la police pour trouver des traces de drogues.
      On appelle ces substances les drogues du viol ou du violeur.
    • Les drogues produisent les mêmes effets que l'alcool : les victimes ont souvent eu l'impression d'avoir été ivres et elles n'ont pas réalisé que quelque chose n'allait pas. Le lendemain, elles ont oublié ce qui s'est passé.
    • Le GHB : est un produit stupéfiant utilisés pour favoriser les relations forcées. Le produit est parfois mis dans un verre à l'insu de la victime. La personne oublie ce qui s'est passé au cours des dernières heures vécues.
    • L'alcool : La consommation d'alcool et l'état d'ébriété développe le risque de se faire agresser sexuellement. Le risque d'évanouissement et la perte de contrôle rendent plus vulnérable. On peut rappeler que quand une personne est trop ivre pour donner son consentement, une autre ne doit pas en profiter.
    • Le cannabis-marijuana-haschich : même si ces effets sont différents des autres drogues, le cannabis est la deuxième drogue trouvée chez les victimes d'agressions sexuelles.
    • Les autres drogues : lorsque l'on consomme de la drogue, le comportement se trouve-t-il modifié ?
      • On peut accepter une relation sexuelle avec une personne qui ne nous intéresse pas
      • On peut être la victime d'une agression sexuelle.
      • On peut ne pas remarquer les signes d'une d'agression
      • Sous l'influence de la drogue certains caractères se modifient et une personne qui est généralement très gentille peut se montrer plus agressive et conduire à une relation sexuelle forcée ou violente.
    • La combinaison drogue et alcool accentue les effets et rend encore plus vulnérable.
  • Est-ce que la consommation de drogues et/ou d’alcool présentent un risque pour la sexualité ?

    Il existe des risques pour sa sexualité quand on consomme de la drogue et/ou de l'alcool.

    • Il y a le risque de grossesse pour une jeune fille qui prend la pilule, si elle vomit ou si elle a la diarrhée, ce qui arrive fréquemment lorsqu'il y a consommation de drogue et/ou d'alcool.
    • Dans ce cas de figure, il est recommandé de prendre la contraception d'urgence et d'utiliser des préservatifs dans les 8 jours qui suivent.

     

     

  • ...
Consulter la catégorie : Situations à risque

Infections Sexuellement Transmissibles - SIDA

Consulter la catégorie : Infections Sexuellement Transmissibles - SIDA

Le Vaccin Gardasil

  • Quels sont les risques de l’infection à papillomavirus humains ?

    On peut être contaminé(e) par ces virus dès les premiers contacts sexuels mais l'organisme s'en débarrasse la plupart du temps.
    S'ils persistent, il peut y avoir des lésions du col de l'utérus ou du vagin qui peuvent évoluer vers des cancers.
    Ces virus peuvent aussi entraîner des verrues au niveau des organes génitaux - vulve, vagin, pénis- qui sont bénignes-non cancéreuses- mais douloureuses à soigner.

  • Comment peut-on savoir si l’on est infecté par le papillomavirus humain ?

    En faisant un frottis du col de l'utérus lors d'un examen gynécologique.
    Le frottis sera observé au microscope par un spécialiste qui recherchera des traces du virus.

  • A quel âge et qui vaccine-t-on par le Gardasil?

    Le vaccin se fait dès 11ans, mais un rattrapage de la vaccination est possible jusqu'à 19 ans révolus.

    Le mieux est de se faire vacciner avant les premiers rapports sexuels.

  • ...
Consulter la catégorie : Le Vaccin Gardasil

Fécondité stérilité

  • La méthode de retrait est-elle sûre ?

    Le retrait consiste pour un garçon à se retirer hors du vagin juste avant l'éjaculation.

    Cette méthode comporte un risque élevé de grossesse car :

    • elle est difficile à maîtriser.
    • le garçon peut ne pas sentir un premier écoulement de sperme qui survient avant la vraie éjaculation

    Une goutte de sperme contient des millions de spermatozoïde.

     

  • On m’a dit que la période fertile chez une fille c’est l’ovulation : comment la repérer ?

    La date de survenue de l'ovulation est variable d'un mois à l'autre surtout chez les jeunes filles.
    On ne peut donc pas faire de calcul
    .

    On peut repérer l'ovulation par une courbe de température : prise de température tous les matins pendant plusieurs mois. Cette méthode est utilisée quand on veut être enceinte.

    Pour éviter une grossesse, il ne faut pas essayer de faire des calculs mais plutôt utiliser une méthode de contraception fiable.
    Parlez-en à votre médecin ou au centre de planification.

  • A quoi sert un Centre de Planification et d’Education Familiale ?

    Attention, en Savoie, il n'y a pas de "Planning Familial" mais des Centres de Planification.

    Dans les centres de planification, on trouve des professionnels : Médecin, Assistante d'Accueil, Conseillère Conjugale et Sage-femme.

    Qui proposent :

    • Des informations et consultations médicales pour une contraception (pilule, préservatifs...), une contraception d'urgence ( pilule du lendemain).
    • Des informations sur la sexualité
    • Des tests
      • de grossesse (si les règles sont en retard ou anormales).
      • pour le VIH/SIDA et les Infections Sexuellement Transmises.
    • Des entretiens
      • en cas de difficulté de relation avec l'ami(e), ou les parents.
      • de réflexion en cas de grossesse.

    Les consultations sont gratuites et confidentielles. Il n'est pas nécessaire d'avoir l'autorisation des parents.

    Les contraceptifs sont gratuits pour les mineurs et les jeunes en difficulté financière.
    Les entretiens, la contraception d'urgence, les tests de grossesse,  les tests pour les IST, le VIH/SIDA sont gratuits pour tous.

    A Chambéry : le centre est ouvert du lundi matin au jeudi soir

    Mais dans les autres villes, ce sont des antennes de Planification qui sont ouvertes seulement pendant les heures de cours, mais,
    à Aix les Bains, Albertville , Bourg St Maurice et Moûtiers il est possible de consulter entre 12 et 14H.
    Essayez d'en parler à l'infirmière scolaire, au CPE, à un surveillant ou à l'Assistante sociale du collège pour avoir une autorisation de sortie.

    Le Centre de Planification peut établir un justificatif pour le collège ou le lycée
    Essayez d'y aller pendant les vacances.


    En cas de soucis, téléphonez .

    Si personne ne vous répond au téléphone dans une antenne, appelez le Centre de Planification de Chambéry, vous pouvez aussi laisser un message.

  • ...
Consulter la catégorie : Fécondité stérilité

Pour aller plus loin : Sexualité

  • Que peut-on penser de la sodomie ?

    Acceptée dans certaines cultures, désapprouvée dans d'autres, la sodomie est une pratique sexuelle (rapport anal) qui doit être voulue par les deux partenaires.
    Si elle est imposée c'est assimilable à un viol.
    Il n'y a pas de risque de grossesse sauf s'il n'y a pas eu de préservatif et que du sperme a coulé à l'entrée du vagin.
    Par contre, le risque d'Infections Sexuellement Transmises est important car la muqueuse anale plus fragile est une porte d'entrée possible pour les infections.

  • Faire l’amour la première fois, est-ce difficile ?

    Cela peut faire mal si :

    • la jeune fille est vierge : l'hymen peut être plus ou moins souple.
    • le frein du prépuce pour le garçon est trop court.
    • la jeune fille n'est pas à l'aise et appréhende le premier rapport est rarement le plus réussi !
    • le rapport est trop rapide : importance des préliminaires.
    • la jeune fille se force, même pour faire plaisir à l'autre.

    Cela peut être difficile si :

    • on a peur de ne pas être à la hauteur.
    • on culpabilise par rapport aux parents, à l'éducation.
    • il y a trop de désir ou de stress et que le rapport se passe trop vite.

    Pas de panique ! le premier rapport n'est pas toujours réussi, les rapports suivants seront plus harmonieux. Sinon ne pas hésiter à consulter, les raisons peuvent être d'ordre psychologique (cause émotionnelle) ou d'ordre physique (malformation ,mycose).

  • Fellation, cunnilingus, caresses intimes, sont-elles des conduites à risque ?

    Oui, elles entrainent des risques de transmission d'Infections Sexuellement Transmises.

    Il faut donc penser à se protéger par un préservatif masculin pour une felletion ; par un préservatif féminin ou un carré de latex pour un cunnilungus.

    Le risque de traumatisme psychologique est évident si la pratique est imposée à l'autre.

    Les caresses intimes avec éjaculation de sperme à l'entrée du vagin, peuvent entraîner une grossesse, même s'il n'y a pas pénétration.

  • ...
Consulter la catégorie : Pour aller plus loin : Sexualité

Pour aller plus loin : Que dit la loi ?

  • Qu’appelle t-on mutilation sexuelle ?
    • l'excision : c'est une mutilation génitale qui consiste à couper tout ou partie du clitoris et des grandes lèvres du sexe de la femme. Cette pratique est formellement interdite par la loi.
    • l'infibulation : les grandes lèvres sont cousues.

    En France, ces pratiques sont interdites et condamnées par des peines de prison.

  • L’homophobie qu’est-ce que c’est ?

    L'homophobie est par définition: tous les actes et attitudes discriminatoires y compris les insultes à l'égard d'une personne homosexuelle ou supposée l'être.

    La loi les condamne.


    La HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) recueille les plaintes.

    www.halde.fr

    Association Contact Savoie 06 22 78 96 17

  • A qui peut-on s’adresser si on est victime ou témoin d’une agression sexuelle ?

    A un adulte de confiance : parent, professeur, infirmière scolaire , universitaire , médecin, assistante sociale ou une association spécialisée :

    • SOS Femmes violences :  04 79 33 95 85 Maison des Associations Chambéry
    • Centre de Planification 04 79 96 88 32
    • ADDCAES à Chambéry 0479724349
    • Allo Enfance Maltraitée au 119
    • 3919 : violences au sein du couple et de la famille
    • Police ou Gendarmerie: au 17

     

  • ...
Consulter la catégorie : Pour aller plus loin : Que dit la loi ?
Préfecture de la Savoie - Mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité Conseil départemental de la Savoie Ville de Chambéry Education Santé Savoie